Droit de famille, Successions, La violence contre les femmes, Immobilier et baux, Droit administratif.

icône de téléphone+34 91 310 36 33
cloison

Condamné l'Etat à payer,,es,euros à une femme dont l'ex-partenaire a assassiné sa fille lors d'une visite non surveillée,,es,La chambre contentieuse-administrative de la Cour suprême condamne l'Etat à payer une compensation,,es,euros pour dommages moraux à une femme dont l'ex-partenaire,,es,assassiné sa fille commune lors d'une des visites sans surveillance qui a établi un tribunal à Madrid après leur séparation,,es,après lui avoir signalé,,es,occasions de maltraitance et d'autres causes,,es,Le tribunal établit que les résolutions du Comité contre la discrimination à l'égard des femmes de l'ONU,,es,peut être applicable en Espagne au moyen de la demande,,es,fonctionnement anormal de la justice,,es,comme cela est arrivé dans ce cas,,es 600.000 euros a una mujer cuya expareja asesinó a su hija en una visita no vigilada

séparateur

Condamné l'Etat à payer,,es,euros à une femme dont l'ex-partenaire a assassiné sa fille lors d'une visite non surveillée,,es,La chambre contentieuse-administrative de la Cour suprême condamne l'Etat à payer une compensation,,es,euros pour dommages moraux à une femme dont l'ex-partenaire,,es,assassiné sa fille commune lors d'une des visites sans surveillance qui a établi un tribunal à Madrid après leur séparation,,es,après lui avoir signalé,,es,occasions de maltraitance et d'autres causes,,es,Le tribunal établit que les résolutions du Comité contre la discrimination à l'égard des femmes de l'ONU,,es,peut être applicable en Espagne au moyen de la demande,,es,fonctionnement anormal de la justice,,es,comme cela est arrivé dans ce cas,,es 600.000 euros a una mujer cuya expareja asesinó a su hija en una visita no vigilada

/ 0 Commentaires /

En la sentencia 1263/2018, de 17 Juillet 2018, la Sala de lo Contencioso-Administrativo del Tribunal Supremo condena al Estado a pagar una indemnización de 600.000 euros por daños morales a una mujer cuya expareja asesinó a su hija común durante una de las visitas no vigiladas que estableció un juzgado de Madrid tras su separación, después de denunciarle en 47 ocasiones por malos tratos y otras causas.

El tribunal establece que las resoluciones del Comité contra la discriminación contra la mujer de la ONU (CEDAW) pueden ser aplicables en España por la vía de la reclamación por anormal funcionamiento de la justicia, como ha ocurrido en este caso.

De este modo, oblige l'administration à se conformer à l'avis de la CEDAW,,es,qui a forcé l'Etat à accorder une réparation adéquate et proportionnée à la gravité de la violation de leurs droits pour avoir manqué à leur devoir de diligence eu égard aux événements qui ont conduit au meurtre du mineur,,es,La Chambre conclut dans ce jugement que,,es,l'Administration a violé les droits fondamentaux des femmes,,es,à l'égalité et de ne pas être discriminé en raison du sexe,,es,à l'intégrité physique et morale,,es,et une protection judiciaire efficace,,es,pour avoir omis de se prévaloir de la réclamation de responsabilité déposée par l'appelant pour demander le respect de l'avis de la CEDAW,,es, de 16 Juillet 2014, que obligó al Estado a que otorgara una reparación adecuada y una indemnización integral y proporcional a la gravedad de la conculcación de sus derechos por no haber cumplido con su deber de diligencia en relación con los hechos que llevaron al asesinato de la menor.

La Sala concluye en esta sentencia que la Administración vulneró derechos fundamentales de la mujer -a la igualdad y a no ser discriminada por razón de sexo, a la integridad física y moral, y a la tutela judicial efectiva- por no asumir la demanda de reclamación de responsabilidad patrimonial presentada por la recurrente para pedir el cumplimiento del Dictamen del CEDAW, et mettre fin aux effets d'une déclaration de préjudice aux droits des femmes pour avoir subi un acte de discrimination résultant d'une situation de violence contre les femmes,,es,qui l'a lié aux termes de la Convention et du Protocole facultatif,,es,Après le meurtre de sa fille le,,es,la mère a déposé auprès du ministère de la Justice une réclamation de la responsabilité patrimoniale de l'État pour le fonctionnement anormal de l'administration de la justice,,es,Dans sa réclamation, elle prétendait que la mort de sa fille aurait pu être évitée si le régime des visites initiales établi pour réglementer la séparation conjugale avait été maintenu.,,es,Cette demande a été rejetée,,es, que le vinculaba en los términos de la Convención y el Protocolo Facultativo.

Tras el asesinato de su hija el 24 de abril de 2003, la madre presentó ante el Ministerio de Justicia una reclamación de responsabilidad patrimonial del Estado por funcionamiento anormal de la de la Administración de Justicia. En su reclamación alegó que la muerte de su hija se podría haber evitado si se hubiese mantenido el régimen de visitas con vigilancia inicialmente establecido para regular la separación matrimonial. Esta reclamación fue rechazada, décision qui a été confirmée par l'Audiencia Nacional,,es,la Cour suprême et la Cour constitutionnelle,,es,Épuisé les instances nationales,,es,l'appelant s'est rendu au Comité des Nations Unies,,es,qui a émis un avis dans lequel elle a conclu que l'État avait manqué à son obligation de diligence,,es,Après cette déclaration,,es,la femme a présenté le,,es,au ministère de la Justice une deuxième revendication de la responsabilité patrimoniale de l'Etat dans laquelle il demandait que ce qui avait été dit par le Comité CEDAW soit rempli,,es,Vu le silence de l'administration face à cette nouvelle demande,,es,interjeté appel à la Cour nationale,,es, el Tribunal Supremo y el Tribunal Constitucional.

Agotadas las instancias nacionales, la recurrente acudió al Comité de Naciones Unidas, CEDAW, que emitió un Dictamen en el que concluía que el Estado falló en su obligación de ejercer la debida diligencia. Tras este pronunciamiento, la mujer presentó el 6 Février 2015 en el Ministerio de Justicia una segunda reclamación de responsabilidad patrimonial del Estado en la que solicitaba que se cumpliera lo dicho por el Comité de la CEDAW. Ante el silencio de la administración a esta nueva petición, presentó recurso en la Audiencia Nacional, qui a été rejeté de nouveau parce qu'il n'a pas apprécié qu'il y avait des données indiquant que le régime de visite qui existait comportait des dangers pour la vie ou la santé physique ou mentale du mineur,,es,la femme est allée à la Cour suprême demandant une indemnisation pour,,es,millions d'euros pour violation des droits fondamentaux,,es,La Chambre estime partiellement son appel,,es,accordant une compensation pour,,es,Il condamne également l'administration à payer,,es,euros pour les frais de l'instance en raison de la violation spéciale des droits produits,,es,Violation des droits fondamentaux de la mère,,es,La Chambre examine si le refus de l'administration,,es,cela n'a pas répondu à la demande soulevée par la femme,,es,violé ses droits fondamentaux,,es.

Por este motivo, la mujer acudió al Tribunal Supremo solicitando una indemnización de 1,2 millones de euros por vulneración de derechos fundamentales. La Sala estima de forma parcial su recurso, concediendo una indemnización de 600.000 euros. También condena a la Administración a pagar 10.000 euros por las costas de la instancia debido a la especial vulneración de derechos producida.

Vulneración de derechos fundamentales de la madre

La Sala se plantea si la negativa de la Administración, que no contestó a la reclamación planteada por la mujer, vulneró sus derechos fundamentales. En este punto, les magistrats considèrent que "la violation susmentionnée a sa place dans l'article,,es,de la Constitution espagnole - droit à l'égalité et à la non-discrimination fondée sur le sexe -,,es,parce que pendant des années, aucune mesure efficace qui rendrait la pratique actuelle des dispositions légales et ainsi ont été lancées que s'il pouvait rétablir une fracture dans la famille pour les actes graves de discrimination subies par l'égalité appelant ",,es,Il considère également que l'article a été violé,,es,droit à une protection juridictionnelle effective,,es,parce que dans les diverses procédures judiciaires qui ont examiné la pratique administrative "il n'y avait pas de protection efficace pour le droit de l'appelant à ne pas être discriminé,,es 14 de la Constitución Española -derecho de igualdad y no discriminación por razón de sexo-, pues durante años no se pusieron en marcha medidas que hiciesen efectivas en la práctica previsiones legales existentes y de manera que si pudiese reestablecer una igualdad rota en el seno familiar por los graves actos de discriminación sufridos por la recurrente”.

También considera que se ha vulnerado el artículo 24 -derecho a la tutela judicial efectiva- debido a que en los diversos procedimientos judiciales que revisaron la práctica administrativa “no se dio amparo efectivo al derecho de la recurrente a no ser discriminada, tout cela avec une affectation indubitable et sérieuse de sa dignité humaine et de son droit à l'intégrité morale - article,,es,comme un droit essentiel et fondamental de chaque personne,,es,c'est la base ontologique qui rend tous les autres possibles ",,es,c'est indubitable,,es,selon la phrase,,es,que les particularités de la poursuite en responsabilité de l'État pour le fonctionnement anormal de l'administration de la justice,,es,non seulement l'Administration générale de l'Etat devrait-elle mériter une considération expresse,,es,autrement imposé par l'article,,es,se conformer à l'obligation internationale et au droit interne,,es 15 de la Constitución Española- quoi, como derecho esencial y básico de toda persona, es la base ontológica que hace posible todo los demás”.

Por ello, resulta indudable, según la sentencia, que las especiales particularidades de la demanda de responsabilidad patrimonial del Estado por funcionamiento anormal de la Administración de Justicia « no sólo debió merecer de la Administración General del Estado una consideración expresa, por demás impuesta por el artículo 42 de la Ley 30/1992, dando cumplimiento a la obligación internacional y de Derecho interno, mais cela devient le recours effectif ultime pour contrôler la prétendue violation des droits fondamentaux invoqués par l'appelant,,es,Il apparaît comme permanent dans le temps,,es,pas tellement d'être lié à l'issue fatale qui a certainement eu lieu il y a des années,,es,quant au non-rétablissement du préjudice causé par l'Administration après la conclusion du Comité CEDAW ",,es,Mode d'application des résolutions du Comité de la CEDAW de l'ONU,,es,La Chambre affirme que l'avis du Comité CEDAW doit être,,es,dans ce cas et avec ses particularités,,es,comme un budget valide pour formuler une demande patrimoniale de l'Etat et en marge de la précédente déjà refusée,,es, plus, se presenta como permanente en el tiempo, no tanto por estar vinculada al fatal desenlace que ciertamente acaeció hace años, cuanto por no haber sido restaurada la lesión de derechos por la Administración tras la conclusión del Comité de la CEDAW”.

Vía de aplicación de las resoluciones del Comité de la CEDAW de la ONU

La Sala afirma que el Dictamen del Comité de la CEDAW deberá ser tenido, en este caso y con sus particularidades, como presupuesto válido para formular una reclamación patrimonial del Estado y al margen de la anterior ya denegada, comme « accrédite avec les faits qui découlent du dossier administratif l'existence d'une lésion ou d'un dommage réel et effectif,,es,individualisé en la personne de l'appelant,,es,qu'elle n'était pas obligée de supporter,,es,et cela a été produit par le manque de protection qui a duré pendant des années avant,,es,situation claire de discrimination,,es,avant et après la mort de sa fille,,es,fait en soi qui ne peut être évalué,,es,C'est un dommage,,es,souligne la salle,,es,cela n'est pas intégré par le jugement de valeur de l'organe international même s'il sert à sa vérification sur la base des événements survenus,,es,que "est toujours valide alors,,es,la situation de manque de protection des droits n'a pas été compensée,,es, individualizado en la persona de la recurrente, que ella no estaba obligada a soportar, y que se produjo por la desprotección que ha soportado durante años ante una clara situación de discriminación, antes y después del fallecimiento de su hija, hecho en sí mismo que no puede ser valorado ».

Es un daño, subraya la Sala, que no está integrado por el juicio de valor del órgano internacional aunque éste sirva para su constatación sobre la base de los hechos acaecidos, que “está aún vigente pues la situación de desprotección de derechos no ha sido resarcida y que, plus, est économiquement évaluable en venant représenté,,es,non seulement à cause de la mort de sa fille,,es,que aussi,,es,pour les dommages de toutes sortes qui ont dû subir à la suite de cette victime de violence sur la femme qui est,,es,proportionné à la gravité des événements et à les réparer dans leur intégralité,,es,mis à jour quantitativement jusqu'au moment présent ",,es,La conclusion de la Cour est qu'il n'existe pas de canal spécifique et autonome pour mettre en vigueur dans le système juridique espagnol les recommandations d'un avis de la Commission CEDAW pour violation des droits fondamentaux reconnus dans la Convention par l'Etat espagnol,,es (no sólo por el fallecimiento de su hija, que también, sino) por los daños de todo tipo que ha tenido que soportar como consecuencia de ello siendo víctima de violencia sobre la mujer que es, proporcionada a la gravedad de los hechos y para repararlos en su integridad, actualizados cuantitativamente al momento presente”.

La conclusión a la que llega el tribunal es que la inexistencia de un cauce específico y autónomo para hacer efectivas en el ordenamiento español de las recomendaciones de un Dictamen del Comité de la CEDAW por vulneración de derechos fundamentales reconocidos en la Convención por parte del Estado español, il empêche de manière autonome le respect de ces opinions,,es,il est possible d'admettre,,es,que cet avis soit le budget permettant de formuler une réclamation de la responsabilité patrimoniale de l'Etat pour le fonctionnement anormal de l'Administration de la Justice "en tant que dernière voie pour obtenir la réparation,,es,ceci indépendamment de la décision qui convient dans chaque cas et même de l'origine possible d'autrui dans les cas de fait qui peuvent être considérés comme ",,es,La Chambre reconnaît que le Comité CEDAW n'a pas introduit dans le système juridique national un organe supranational supérieur pour la révision ou le contrôle direct des décisions judiciaires ou administratives internes,,es. Cependant, es posible admitir, selon le tribunal, que ese Dictamen sea el presupuesto habilitante para formular una reclamación de responsabilidad patrimonial del Estado por funcionamiento anormal de la Administración de Justicia “como último cauce para obtener la reparación, ello con independencia de la decisión que resulte procedente en cada caso e incluso de la posible procedencia de otros en los supuestos de hecho que puedan llegar a plantearse”.

La Sala reconoce que el Comité de la CEDAW no ha introducido en el ordenamiento jurídico interno una instancia superior supranacional de revisión o control directo de las decisiones judiciales o administrativas internas, ni a imposé aux États membres une procédure mesures caractère ou résolutoire annulant pour assurer la réparation des écarts que le Comité CEDAW peut venir apprécier,,es,Malgré cela,,es,il ne peut pas,,es,douter,,es,caractère contraignant / obligatoire des avis pour l'État,,es,partie qui a reconnu la Convention et le Protocole depuis l'article,,es,de la Convention prévoit que les États parties s'engagent à prendre toutes les mesures nécessaires au niveau national pour assurer la pleine réalisation des droits qui y sont reconnus.,,es,du Protocole facultatif prévoit que l'État partie prenne dûment en considération les opinions du Comité,,es,ainsi que ses recommandations,,es,s'il y en a,,es.

Pese a ello, no puede dudarse, según los magistrados, la carácter vinculante/obligatorio de los Dictámenes para el Estado parte que reconoció la Convención y el Protocolo puesto que el artículo 24 de la Convención dispone que los Estados partes se comprometen a adoptar todas las medidas necesarias en el ámbito nacional para conseguir la plena realización de los derechos reconocidos en ella. Del mismo modo, el artículo 7.4 del Protocolo Facultativo establece que el Estado parte dará la debida consideración a las opiniones del Comité, así como a sus recomendaciones, si las hubiere, et enverra une réponse écrite dans les six mois,,es,Tout ceci est renforcé par la reconnaissance expresse de la compétence du Comité,,es,volontairement assumée par l'Espagne,,es. Todo ello reforzado por el reconocimiento expreso de la competencia del Comité, voluntariamente asumido por España.

 

 

 

 

noticias.juridicas.com

séparateur