Droit de famille, Successions, La violence contre les femmes, Immobilier et baux, Droit administratif.

icône de téléphone+34 91 310 36 33
cloison

Le TS rejette le paiement des allocations de chômage pour les plus 52 ans un travailleur « résigné » de leur travail

séparateur

Le TS rejette le paiement des allocations de chômage pour les plus 52 ans un travailleur « résigné » de leur travail

/ 0 Commentaires /

La Chambre sociale, dans l'arrêt n 130/2017 de 15 Février 2017, Il nie un travailleur le droit de reprendre le paiement des allocations de chômage pour les plus 52 années de quitter volontairement l'emploi à court terme qui a suspendu la fourniture.

Pour la Cour suprême, la «démission du travailleur est pas considérée comme légale de chômage, même si elle se produit au cours de la période d'essai ", de sorte qu'il est impossible de continuer à charger la subvention.

L'employé a commencé à recevoir des prestations de chômage pour les personnes âgées 52 ans 1 de abril de 2009. Sept mois plus tard, Il a commencé à travailler comme chauffeur domestique- avec un contrat à durée indéterminée. Le même jour, il a été libéré dans la sécurité sociale, la 1 de noviembre de 2011, il a quitter le travail parce qu'il était pas bien à Madrid et aspirait à son peuple, que votre employeur certifié dans un document. Peu après, le travailleur a demandé la reprise des prestations de chômage avait été suspendu et le Service national de l'emploi public (SPEE) Il a nié la reprise de l'avantage recherché par le travailleur ne soit pas légalement chômeurs.

Avez-vous besoin d'être en situation légale de chômage?

Le nombre Tribunal du travail 7 Murcia a rejeté la plainte déposée par le travailleur contre le Service national de l'emploi public, au motif que le contrat est éteint par la volonté du premier, donc il n'y a pas de chômage juridique.

La Haute Cour de justice de Murcie a infirmé le jugement de la cour et a déclaré le droit du requérant de reprendre la réception de la prestation qui est venu charger, concluant que le Loi générale sur la sécurité sociale aucune exigence d'être en situation légale de chômage pour avoir droit aux prestations ou le niveau de bien-être pour la reprise de la perception de la subvention lorsqu'il est suspendu par un contrat d'une durée inférieure à douze mois.

La Chambre sociale estime que le SPEE d'appel, TSJM remplace l'échec et confirme le tribunal. La phrase, qui a été conférencier juge Antonio V. Sempere, afirma que l'accès à cette prestation est limitée aux cas où terminé prestation contributive (où il est accessible à partir d'une situation légale de chômage).

Les causes de la suspension et la reprise de la subvention

A ce respect, Il note que l'exécution des travaux pour le compte d'autres moins de douze mois est une cause de suspension de la subvention, qui peut être repris à la demande et assiste à l'exigence d'être inscrit comme demandeur d'emploi. En este caso, le demandeur doit prouver qu'il a terminé la cause de la suspension et que «cette cause est officiellement au chômage".

La déclaration rappelle que la doctrine de la Chambre sur les exigences ci-dessus pour la reprise de la provision rejette l'automatisme et reconnaît l'autorité de l'organisme de gestion pour effectuer les contrôles nécessaires.

Si, cite STS / IV 11-Nov-1996 (rec. 2301/1996): «(…) en cas de renouvellement ne pas être analogiquement appliquer les dispositions pour le début ou le droit lorsque l'article 13 Décret royal 625/85, spécifiquement dédié à la reprise du droit aux prestations de chômage, indique que la reprise de la prestation ou subvention placera sur demande à condition qu'il puisse prouver qu'il a rempli la cause de la suspension et la reprise « Vous aurez le droit de recevoir la prestation ou allocation de chômage pour la période restase et les bases et les taux qui correspondent au moment de la suspension ». Dans la même veine l'article actuel est maintenant exprimé 212.2 le texte révisé de la loi générale sur la sécurité sociale 20 juin 1994 en déclarant que la suspension du droit mentionné signifie l'interruption du versement de la prestation « et ne sera pas affecter la durée de leur perception… ».»

La quatrième chambre conclut que la perception des allocations de chômage pour les plus 52 ans peut être prolongée jusqu'à ce que le salarié atteint l'âge ordinaire nécessaire dans chaque cas pour recueillir la pension. Sin embargo, souligne que «ce n'est pas une disposition assimilée à la retraite, mais le législateur veut que le bénéficiaire est toujours connecté à ce qui est souvent appelé le marché du travail".

"Rappelez-vous que celui qui reçoit des avantages ou des subventions doivent répondre à diverses obligations, parmi lesquels apparaissent le cherchent activement un emploi ou accepter un placement approprié ", subraya la sentencia.

opinion individuelle

La phrase comprend l'opinion dissidente du juge Rosa Maria viroles dans laquelle il affirme que le pourvoi est rejeté et SPEE, par conséquence, a reconnu le droit des travailleurs à reprendre la charge de la subvention ne soit pas nécessaire parce que l'exigence d'être en situation légale de chômage. Le juge a expliqué que «la résiliation du contrat dans les jours de son départ, sans avoir passé la période de douze mois, et sans que le travailleur a le droit de recevoir des prestations de chômage, rien ne l'empêche de reprendre le chômage qui était en suspens ".

 

noticias.juridicas.com

séparateur