Droit de famille, Successions, La violence contre les femmes, Immobilier et baux, Droit administratif.

icône de téléphone+34 91 310 36 33
cloison

la santé galicienne doit payer 40.000 euros pour avoir omis de signaler le risque d'une femme de transmettre à leurs enfants la maladie

séparateur

la santé galicienne doit payer 40.000 euros pour avoir omis de signaler le risque d'une femme de transmettre à leurs enfants la maladie

/ 0 Commentaires /

La Haute Cour du contentieux administratif de la Galice Xustiza (TSX) Il a condamné le Service de santé de Galice (sergas) a indemnizar a un matrimonio con 40.000 euros por no avisarles de los riesgos de transmisión de una enfermedad genética rara a los hijos que padecía la madre.

échec, de 10 Juillet 2018 (disponible en este enlace) concede que se ha producido una “pérdida de oportunidad” para poder replantearse la posibilidad de tener hijos, probablement ils sont nés avec des défauts génétiques, dans ce cas dans les cheveux, yeux, peau, lèvres et les dents. Les deux enfants sont maintenant porteurs de la maladie et l'un d'entre eux est né avec des malformations. Voilà pourquoi la sentence condamnant l'administration à indemniser le plaignant pour dommages moraux pour perte de chance, ainsi que la prise en charge des dommages économiques résultant et le traitement des malformations de l'enfant malade.

Aucun conseil génétique préalable a été donné

La demandante reparó en la mala praxis de los médicos cuando su segunda hija nació con malformaciones en las extremidades causadas por la misma condición médica de la madre. Nadie hasta el momento del parto la informó de la posibilidad de que sus hijos pudieran portar la misma enfermedad, même pas quand elle a été diagnostiquée à trois reprises par le Sergas; nulle part, il a été informé du risque génétique.

Le jugement considère donc l'appel interjeté par le mariage contre la décision de la cour, qui a nié une compensation pour le mariage lorsque l'on considère qu'il n'y a pas eu faute dans la conduite des médecins qui ont assisté à la femme dans sa deuxième grossesse, car elle savait qui avait la maladie et non les médecins informés, ni accessible consistait dans les rapports cliniques de l'hôpital qui a assisté à la naissance.

La TSX est d'accord avec la Cour qu'il n'y a pas de fraude dans la conduite des médecins qui ont traité le requérant au cours de sa deuxième grossesse, de manière aussi efficace, rien ne pouvait faire presage une fille née avec des malformations génétiques. toutes les procédures réglementées ont été suivies pour vérifier la santé du fœtus, et il ne remarqua les problèmes de formation du bébé jusqu'à ce que le moment de la livraison.

Où montré la faute professionnelle, cependant, Il est le moment avant la naissance. La déclaration explique que le demandeur « avait déjà été diagnostiqué avec Dysplasie ectodermique hypohidrotique (DEH) dans les années 2004, 2011 et 2012 ", donc avant de tomber enceinte « vous devriez être précédée d'une pré haberles estudio y consejo genético una vez que el servicio de dermatología en el año 2004 Il soupçonnait et diagnostiqué la maladie DEH ". Voilà pourquoi on estime qu'il ya une occasion manquée de décider si oui ou non les enfants avant la grossesse.

résolution TSX explique que « les manifestations et les symptômes présentés par le patient, couplé avec suspicion et même le diagnostic fait, la maladie a souffert (DEH), forçant les médecins Sergas indiquent une étude génétique qui a permis de savoir si nous avions affaire à une femme porteuse d'une maladie génétique ", et « de fournir des conseils génétiques des informations sur les risques de transmission à leurs enfants la maladie, etc…".

Por ello, devraient être examinées, comme le tribunal de district, la fille de maladie dont il est une conséquence directe de leur propre condition génétique et non la faute professionnelle des médecins. S'il y a une faute en omettant d'informer la certitude, mais incertain, que la maladie peut être transmise aux enfants.

En conséquence, la Cour reconnaît deux types de dommages: d'un côté, la moral; autre, la économique, équivalent aux coûts supplémentaires qui peuvent impliquer des soins à un enfant avec ces maladies. considéré cette, la figure du tribunal 40.000 dommages euro.

il est rappelé, no obstante, que l'arrêt de la TSX n'est pas ferme et tient contre elle appel, à condition que prouve l'existence d'un intérêt de cassation.

 

 

 

 

 

noticias.juridicas.com

séparateur